mardi 9 avril 2013

L'Italie sans dessus dessous (2)

Toujours pas de gouvernement. Pendant ce temps, l'économie périclite; l'Italie est le pays de l'Union européenne qui, selon tous les indicateurs, a subi la plus forte dégradation au cours de la dernière année, avec pour résultat qu'une tranche de plus en plus importante de la population s'enfonce dans la pauvreté. En fin de semaine dernière, un couple dans la soixantaine s'est suicidé, préférant recourir à cette solution plutôt que de demander l'assistance sociale. Les journaux sont pleins de ces histoires et de chiffres désolants sur le chômage (34 % des jeunes n'ont pas de travail, 12,3 % de la population n'a pas les moyens de se nourrir adéquatement, 38 % seraient absolument incapables de faire face à une dépense imprévue de 800 euros (1 000 $), etc.). Certaines régions de l'Italie sont plus touchées que d'autres, dont le Sud évidemment. Arezzo ne semble pas trop touchée (si on compare à il y a un an), si ce n'est que des commerces ont fermé et que le nombre de marchands ambulants et de mendiants a augmenté. Les immigrants d'origine pakistanaise et sri lankaise continuent de vendre (ou d'essayer de vendre) des fleurs et ceux d'origine africaine, des parapluies (à la moindre goutte de pluie, on les voit sortir), des kleenex et d'autres babioles, parfois avec beaucoup d'insistance. Tout ce commerce reste d'ailleurs un mystère. Qui le contrôle et où va l'argent? Comment les vendeurs sont-ils recrutés?
Il y a sûrement quelque part un « prince des mendiants ».

3 commentaires:

  1. Continue ta vocation de blogger!
    Très intéressant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci; tu m'encourages à persister.

      Supprimer
  2. Idée de projet : un recueil de tes impressions illustré par les photos de Nathalie, avec un lancement à Québec pour être à mi-chemin entre Saint-Denis et Montréal...

    RépondreSupprimer